FORUM DES ARTOTHEQUES MEMBRES DE L'ADRA

l'Association professionnelle française de Développement et de Recherche sur les Artothèques
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 et les oeuvres uniques en artothèque?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hélène d'Auxerre

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 03/10/2008

MessageSujet: et les oeuvres uniques en artothèque?   Lun 15 Fév - 11:39

bonjour François,
dans ton texte, tu finis par citer l'opportunité des oeuvres dites multiples pour accomplir les missions "désacralisantes" des oeuvres d'art. Ne peut-on imaginer que nos collections d'artothèque soient aussi riches d'oeuvres uniques?
Le caractère autographe d'une oeuvre empêcherait-il un rapport critique à l'art dans notre société où il est acquis que nous ne pouvons avoir "accès" (économiquement) qu'à des multiples? le rapport affecté à l'oeuvre unique (faite de main d'artiste, avec son corps) doit-il être évacué aujourd'hui?

Ne soulevais-tu pas le fait que les artothèques s'intéressent plus particulièrement aux oeuvres conçues aussi pour une appropriation spécifique du regardeur? (telle une affiche, une procédure à réaliser ou un objet à installer)

Merci pour ton regard élargi.
Hélène
(Artothèque d'Auxerre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François Coadou



Messages : 1
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Et les oeuvres uniques en artothèque?   Ven 19 Fév - 22:56

Bonjour Hélène,
Tu as fort bien lu mon texte, en effet. La question du multiple n’y apparaît qu’en dernier lieu dans l’ordre des raisons et joue – pour parler un peu technique – comme argument a fortiori : elle n’invalide donc pas les raisons précédentes, mais se contente d’ajouter un cas où ces raisons valent plus encore. En d’autres termes, oui, si le multiple est un objet particulièrement propice, en soi, à s’excepter de la mécanique du désir aliéné telle que j’ai essayé de la définir, cela ne signifie pas que, par leurs autres moyens propres (en remontant : système du prêt, médiation critique, accrochage dans l’espace privé), les artothèques ne soient pas en mesure, aussi, d’en excepter les œuvres uniques.
Un point que tu soulèves, à ce propos, me semble d’ailleurs intéressant. Il est vrai que les œuvres uniques nous sont, la plupart du temps, devenues inaccessibles aujourd’hui pour des raisons économiques : elles coûtent trop cher, à l’aune du moins de ce que peut se permettre d’acheter ce qu’on appelle encore parfois la classe moyenne (ce « nous » dont je parle), sans parler bien sûr de ce que peuvent se permettre d’acheter les classes pauvres, dont on sait qu’elles représentent, hélas, une partie de plus en plus importante de la population française. En possédant dans leur fonds des œuvres uniques, et en les prêtant, les artothèques rendent possible pour tous un rapport spécifique (d’intimité) aux œuvres uniques, dont il est clair qu’il ne serait, sinon, réservé qu’à un nombre restreint de collectionneurs.
Mais à relire ce que je viens tout juste d’écrire, il me vient aussi à l’esprit une autre remarque. Parlant d’œuvres uniques, j’ai considéré – c’était inclus dans ta question – qu’il s’agissait toujours d’œuvres qui coûtent cher. Or, est-ce nécessairement le cas ? Sans doute, si l’on se limite aux œuvres uniques d’artistes connus. Mais on peut, tout aussi bien, accéder à des œuvres uniques, et pour un coût bien moindre, si l’on s’intéresse – tu le sais aussi bien que moi – à des artistes moins célèbres ou à de jeunes artistes. C’est bien ce qui fait que nous pouvons, nous aussi, les collectionner! Mais n’est-ce pas, bien mieux, et vu les moyens budgétaires réduits de ces structures, « handicap » qui, là encore, peut être transformé en atout, une option intéressante à tenir, pour les artothèques, que ce parti-pris pour une création plus jeune ou plus à la marge du main stream ? N’est-ce pas ce qui leur donne toute leur dimension de structures de recherche ? Et n’est-ce pas ce qui en fait, de surcroît, toute la beauté, d’un point de vue politique j’entends ? Mettre, ou essayer de mettre, la recherche, ce qui par définition est le plus à la pointe, à la portée du plus grand nombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
et les oeuvres uniques en artothèque?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Karen Blixen : Out of Africa ... Et autres oeuvres
» Soie, et autres oeuvres d'Alessandro Baricco
» Ann Radcliffe : "Les Mystères d'Udolphe" et autres oeuvres
» Couleurs des oeuvres vives d'une coque de yacht à voiles
» Oeuvres romanesques complètes de Jane Austen, La Pléiade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DES ARTOTHEQUES MEMBRES DE L'ADRA :: Réflexion sur les artothèques-
Sauter vers: